Menu 

    Introduction
 
    Le ballon complet

    La nacelle

    Les expériences

    Les montages électriques


Les résultats:

    Les mesures

    Quelques photos

    La trajectoire
 

 

Les Expériences: 
 
Photographie
Pression
Température
Luminosité en Bleu et Rouge
Luminosité Ultra-violette
    1/ Photographie aérienne:

   Un appareil photographique Olympus Trip 300 était embarqué. C'est un appareil de début de gamme, à focale fixe de 34mm, ouvert à f:4,5. Les critères de choix étaient simples:
                                 - Armement automatique à chaque prise de vue.
                                 - Bouton de déclenchement très sensible.
                                 - Masse faible.
                                 - Prix abordable.
    La pellicule était un négatif couleur de 400 ISO en 36 poses.

    Un intervallomètre associé à un électroaimant poussant, assurait une prise de vue toutes les minutes. En fait, le retour en position de repos de l'électroaimant n'a pas été très répétitif, et une image a été prise réellement toutes les 2 à 3 minutes.

    Après récupération de la nacelle, il s'est avéré que les résultats étaient assez corrects: 39 images ont été prises, la plupart sont nettes, seules certaines ont un flou de bougé, à cause de la rotation de la nacelle sur elle même.

    Ces images ont d'ailleurs parfaitement confirmé l'altitude maximum atteinte, d'environ 18000m. En effet, l'avant dernière image a été prise quelques minutes avant l'éclatement du ballon, à cette hauteur de 18km, la suivante (incomplète), est prise lors de la chute.



    2/ Pression atmosphérique: 

 
  Le capteur de pression utilisé était un MPX 2200 AP de chez Motorola, compensé en température. Il était alimenté par deux piles de 9V en tensions symétriques, et donnait une tension de sortie proportionnelle à la pression absolue. Le montage a été acheté tout fait à la "Maison des Enseignants de Provence". L'étalonnage a été fait sous cloche à vide.
    Graphique des mesures.
 



     3/ La Température:

    La mesure a été faite par une simple CTN, montée en diviseur de tension (voir montage), et alimenté par deux piles en série de 1,5V.
    Le capteur a été placé à fleur de paroi, abrité dans une boîte de pellicule perforée. Nous avions donc la température de paroi, et non pas la température réelle du milieu extérieur. Cette température a baissé très lentement, en raison de la très lente dissipation thermique du polystyrène extrudé constituant la nacelle.
Graphique des mesures.



    4/ Luminosité en Bleu et en Rouge:

    Deux LDR montées en diviseurs de tension pointaient dans la même direction du ciel, à 45° de hauteur (voir montage). L'une était filtrée en Bleu, l'autre en Rouge, par des filtres gélatine Wratten (n°47 et n°24).
    Le but était d'estimer le rougissement du ciel en fonction de l'altitude, ainsi que l'orientation de la nacelle par rapport au Soleil.
Graphique des mesures.



    5/ Luminosité Ultra-Violette:

    C'est une Photodiode Siemens SFH 291 qui a servi à ces mesures (voir montage). Elle était orientée vers le ciel à une hauteur de 45°.
    L'objectif était d'observer le passage de la couche d'ozone. Malheureusement, le ballon n'est pas monté assez haut pour la franchir. Le graphique des résultats montre la saturation du capteur lorsqu'il pointe vers le Soleil. La rotation de la nacelle est bien sûr également obtenue.
Graphique des mesures.